+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888
English
Français
Deutsch
Italiano
Español
Русский
中国
Português
日本

Portfolio Caravaggio (Michelangelo Merisi) Toute les oeuvres. (233: À L Huile Sur Toile, D Huile, Huile, Huile Sur Toile)

 

  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - narcisse
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - corbeille de fruits
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le musiciens
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - la prise de jésus christ
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - salomé avec l' chef des r . john le baptiste
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - ecce homo
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le vocation des saint matthieu
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Le joueur de luth
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Souper à Emmaüs
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - r john le baptiste
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Les sept actes de miséricorde
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Souper à Emmaüs
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - nature morte avec une corbeille de fruits
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - tricheurs
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - la Mort de la Vierge
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - l'incrédulité de saint Thomas
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Flagellation du Christ
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Sainte Catherine d Alexandrie
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - st. augustine
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le inspiration des saint matthieu
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le martyre des r Ursula
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le crucifixion des saint pierre
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le tricheurs
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - Judith décapitant Holopherne
  • Caravaggio (Michelangelo Merisi) - le vocation des saint matthieu
 
Toutes les 233 Oeuvres de Caravaggio (Michelangelo Merisi)






 Le Caravage
Par STENDHAL, Écoles de peinture italiennes, tome II, Paris, Le Divan, 1932
 Biographie
Article encyclopédique sur le Caravage datant de la fin du XIXe siècle. Il a fallu les premiers travaux de Longhi pour attendre de jeter de la lumière sur son oeuvre et faire la part entre le mythe et la vérité historique. Dans cet article, l'auteur, P. Mantz, n'échappe pas à l'opinion de l'époque à l'égard du Caravage qui reconnait l'indéniable virtuosité du peintre mais juge sévèrement l'artiste rebelle qui a traîné l'art de la peinture aux «confins de la laideur».

Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Caravage ou Le Caravage, est un peintre italien né le 29 septembre 1571 à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole.

Son œuvre puissante et novatrice révolutionna la peinture du XVIIe siècle par son caractère naturaliste, son réalisme parfois brutal, son érotisme troublant et l'emploi appuyé de la technique du clair-obscur allant jusqu'au ténébrisme. Il connut un véritable succès de son vivant, et influença nombre de grands peintres après lui, comme en témoigne l'apparition du courant du Caravagisme.

Après le succès foudroyant des années 1600 - 1606 Caravage entre dans une période difficile. Cette année là, à 35 ans, après de nombreux démêlés avec la justice des États pontificaux, il blesse mortellement son adversaire au cours d'un duel. Ses peintures jusqu'en 1610, l'année de sa mort, seront en partie destinées à racheter cette faute. Par ailleurs certains éléments biographiques portant sur ses mœurs sont aujourd'hui revus, car des recherches historiques récentes remettent en cause le portrait peu flatteur qui a longtemps été répété d'après des sources anciennes du XVIIe siècle sur lesquelles on ne peut plus se fonder aujourd'hui.

Après une longue période d'oubli critique, il fallut attendre le début du XXe siècle pour que le génie du Caravage soit pleinement reconnu, indépendamment de sa réputation sulfureuse. Son succès populaire a donné lieu à une multitude de romans et de films, à côté des expositions et des innombrables publications scientifiques qui, depuis un siècle, en ont renouvelé complètement l'image. Il est actuellement représenté dans tous les plus grands musées malgrés le nombre limité des peintures qui ont survécues. Toutefois certains tableaux que l'on découvre depuis un siècle posent encore des questions d'attribution.

Il nait à Milan,, probablement le 29 septembre 1571. Ses parents sont Fermo Merisi et Lucia Aratori, originaires de Caravaggio, un petit centre de la région de Bergame qui se sont mariés en janvier de la même année. Francesco Sforza Colonna, seigneur de Caravaggio - alors sous domination espagnole - est le témoin du mariage de ses parents. Il est baptisé le jour suivant sa naissance à la basilique Saint Stéphane le Majeur dans le quartier milanais où réside le maître de la fabbrica del duomo où travaille probablement le père de Michelangelo, en tant que maçon. Son parrain, d'après l'acte de baptême est le patricien milanais Francesco Sessa.

Son père, est contremaître, maçon et architecte et son grand-père maternel intendant du marquis de Caravaggio. Sa famille, paternelle et maternelle étant dans sa totalité originaire de Caravaggio. Elle appartient à la classe moyenne et est honorablement reconnue : la femme de Francesco Sforza, Costanza Colonna est une protectrice sur laquelle Caravage pourra compter à plusieurs reprises. Il a deux frères et une sœur. Le plus jeune de ses frères deviendra prêtre et sera parfaitement informé de la Réforme catholique initiée à Milan par l'archevêque Charles Borromée et à Rome par le fondateur des Oratoriens, Philippe Neri. Le Caravage restera pendant toute sa période romaine, en accord étroit avec cette société des Oratoriens[N 1].

En 1577, à cause de la peste, la famille Merisi quitte Milan pour Caravaggio, pour fuir l'épidémie qui tue cependant le père et le grand-père du peintre. En 1584, la veuve et ses quatre fils retournent vivre dans la capitale lombarde où Michelangelo, âgé de treize ans intégre l'atelier de Simone Peterzano, peintre célèbre, maniériste tardif de l'école vénitienne : « le contrat d'apprentissage fut signé par la mère, le 6 avril 1584 : pour un peu plus de quarante écus d'or […] Le maître va par la suite peindre des fresques des églises de San Maurizio al Monastero Maggiore (it) et de Saint Barnabé ».

L'apprentissage du jeune peintre dure près de quatre années auprès de son maître, au contact des écoles lombardes et vénitiennes. Il y étudie les théories picturales de son temps, le dessin, les techniques de la peinture à l'huile, de la fresque et du portrait. Giulio Mancini, un des biographes du peintre, raconte dans Considerazioni sulla pittura (1621) l'enfance du Caravage : « il étudia pendant son enfance pendant quatre ou cinq ans à Milan, avec diligence ». Sa mère meurt quelques années plus tard, en 1589.

Les années d'apprentissage du Caravage, en particulier les années entre la signature de son contrat avec Peterzano, en 1588 et l'année de son déménagement à Rome en 1592 restent un peu floues; en conséquence, retrouver des influences sur sa peinture est difficile. D'après certaines sources, le jeune peintre abandonne Milan après quelques années pour rejoindre Venise et découvrir les grands maîtres de la couleur : Giorgione, le Titien et le Tintoret. L'hypothèse alternative est avancée par l'historien de l'art italien Roberto Longhi en 1952. D'après lui, le développement du style du Caravage aurait été la conséquence de réflexions sur certains maîtres lombards, et plus précisément de la zone de Brescia : Foppa, Bergognone, Savoldo, Moretto et Il Romanino (que Longhi traite de pré-caravagiste). Ces maîtres auraient donné les bases de l'art du Caravage. D'après Longhi, le principal maître de cette école est Foppa et il serait à l'origine de la révolution de la lumière et du naturalisme – opposé à une certaine majesté de la Renaissance – qui sont les éléments centraux des peintures du Caravage.

Il quitte l'atelier de Simone Peterzano en 1588 et retourne à Caravaggio en 1589 jusqu'au partage de l'héritage familial en 1592, puis il part pour Rome pour chercher à y faire carrière comme beaucoup d'artistes alors. Rome est à cette époque une ville pontificale dynamique, animée par le Concile de Trente et la réforme catholique. Les chantiers y fleurissent et il y souffle un esprit baroque. Le pape Clément VIII est élu le 30 janvier 1592.

Les premières années dans la grande cité sont chaotiques et mal connues : cette période a, ultérieurement et sur des faits mal interprétés, forgé sa réputation d'homme violent et querelleur, souvent obligé de fuir les conséquences judiciaires de ses rixes et duels. Il vit d'abord dans le dénuement, hébergé par un ami de la famille, puis chez Mgr Pandolfo Pucci , pour qui il peint des images de dévotion puis ses trois premiers tableaux destinés à la vente, dont deux nous sont parvenus : Jeune garçon mordu par un lézard et Garçon pelant un fruit. Il copie aussi des tableaux religieux (partis à Recanati et perdus ensuite).

Le Caravage entame des relations plus ou moins solides avec divers peintres locaux, d'abord à l'atelier du peintre sicilien Lorenzo Carli dit « Lorenzo Siciliano » (né à Naso, près de Messina), auteur d’œuvres destinées aux parties les plus modestes du marché. Caravaggio s'installe ensuite près de la piazza del Popolo et rencontre le peintre Prospero Orsi, l'architecte Onorio Longhi et le peintre sicilien Mario Minniti qui deviendront des amis et qui l'accompagneront dans sa réussite. Il fait également la connaissance de Fillide Melandroni. Celle qui deviendra une célèbre courtisane à Rome et lui servira de modèle à maintes reprises.

En juin 1593, il entre dans l'atelier d'Antiveduto Grammatica, près de l'église San Giacomo in Augusta où il continue à peindre des copies pour les amateurs peu fortunés (trois par jour). Puis il travaille, dès juin 1593 et durant quelques mois, chez Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d'Arpin, peintre attitré du pape et artiste en vue qui confie à son apprenti la tâche de peindre des fleurs et des fruits dans son atelier. Giuseppe Cesari est à peine plus âgé que Caravage bien que chargé de commandes et, ayant été annombli, il deviendra ensuite le Cavalier d'Arpin. Caravage aurait pu y apprendre comment vendre son art et comment, pour d'éventuels collectionneurs et amateurs d'antiquités, mettre en place son répertoire personnel en exploitant ses connaissances de l'art lombard et vénitien. C'est la période du Jeune Bacchus malade, Garçon à la corbeille de fruits et du Bacchus : des figures à l'antique qui cherchent à capter le regard du spectateur et où la nature-morte, depuis peu mise à l'honneur, témoigne du savoir-faire du peintre avec une extrême précision dans les détails. Pleins de références à la littérature classique, ces premiers tableaux sont bientôt à la mode, comme en témoignent de nombreuses copies anciennes de grande qualité.

Plusieurs historiens évoquent un voyage à Venise pour expliquer certaines influences typiquement vénitiennes, notamment pour Le Repos pendant la fuite en Égypte, mais ceci n'a jamais été établi avec certitude. Il semble peu apprécier à cette époque la référence à l'art de Raphaël ou l'Antiquité romaine (pour les artistes du XVIIe : essentiellement la sculpture romaine) mais il ne les ignore jamais. Madeleine repentante témoigne de la survivance d'une figure allégorique antique mais avec une vue en légère plongée qui renforce l'impression d'abessement de la pécheresse. Ce serait la première figure entière du peintre.

À la suite d'une maladie il est hospitalisé à l’hôpital de la Consolation, ce qui met fin à sa collaboration avec Cesari. Durant cette période il est probablement employé comme sculpteur de natures mortes et comme décorateur d’œuvres plus complexes mais il n'existe aucun témoignage fiable. Une hypothèse, non vérifiable dans la documentation connue, est que le Caravage pourrait avoir réalisé les décorations des festons de la chapelle Olgiati, dans la basilique de Sainte Prassede à Rome, dont le cavalier d’Arpin peignit les fresques.

Pendant cette période le peintre Federigo Zuccaro, protégé du cardinal Frédéric Borromée, transforme la confrérie des peintres en une académie en 1593. Ce qui a pour but d'élever le niveau social des peintres en invoquant la valeur intellectuelle de leur travail. Et Caravage apparait sur une liste des premiers participants

Pour survivre, Caravaggio contacte des marchands afin de vendre ses tableaux. Il fait ainsi la connaissance de Constantino Spata dans sa boutique près de l'église Saint-Louis-des-Français . Celui-ci le met en relation avec son ami Prospero Orsi.

Prospero Orsi (également connu sous le nom de Prospero delle Grottesche) qui participe avec Caravage aux premières rencontres de l'académie de Saint-Luc à Rome devient donc son ami. Il l'aide à trouver un logement indépendant et lui fait rencontrer ses connaissances bien placées. Son beau-frère commande trois peintures : Madeleine repentante, Le Repos pendant la fuite en Égypte et La Diseuse de bonne aventure (1594, première version, Louvre). Ce dernier tableau soulève l'enthousiasme du cardinal Francesco Maria Del Monte, homme de très grande culture, passionné d'art et de musique qui, enchanté par cette peinture en commande bientôt une seconde version, celle de 1595 (Musée Capitolins). Le cardinal avait auparavant commencé par une première acquisition : le tableau des Tricheurs. Le jeune lombard entre alors au service du cardinal pour presque trois ans dans le palais Madame à partir de 1597. Le cardinal y a été installé par son grand ami Ferdinand Ier de Médicis en tant que diplomate au service du Grand-duché de Toscane auprès du pape . D'après Bellori (en 1672), Del Monte offrit à l'artiste un très bon statut, allant jusqu'à lui donner une place honorable parmi les gentilshommes dans la maison .

Grâce aux commissions et aux conseils de l'influent prélat, Caravage change donc son style, abandonnant les toiles de petits formats et les portraits individuels et commençe une période de réalisations d’œuvres complexes avec des groupes de plusieurs personnages profondément impliqués dans une action, souvent à mi-corps mais aussi, parfois, en pied. Le cardinal achète ensuite plusieurs peintures qui correspondent à ses propres goûts : Les Musiciens et Le Joueur de luth avec des scènes où s'accentue la proximité avec le spectateur, jusqu'à La Diseuse de bonne aventure et Les Tricheurs où le spectateur devient quasiment un « complice » de l'action représentée .

En quelques années, sa réputation grandit de manière phénoménale, le Caravage deviendra un mythe vivant pour une génération entière de peintre qui s'inspireront de son style et de ses thèmes.

Les œuvres pour la chapelle Contarelli font sensation lors de leur dévoilement. Le style novateur de Caravaggio attire l'attention par sa manière de traiter les thèmes religieux et par extension ceux de la peinture d'histoire en s'aidant de modèles vivants. Il transpose ses modèles lombards dans des compositions qui se mesurent aux grands noms du moment : Raphaël et Giuseppe Cesari (le futur Cavalier d'Arpin). Dans cette rupture, toute relative, avec les idéaux classiques de la Renaissance, et avec des références érudites prodiguées sans restriction par le cardinal Del Monte et son cercle, il humanise ainsi le divin, le rapproche du commun des croyants. Il remporte un succès immédiat (dès la première version du Saint Matthieu et l'Ange) et étend considérablement son influence auprès des autres peintres surtout par la scène de La Vocation de saint Matthieu. Ce tableau génèrera une profusion d'imitations plus ou moins heureuses[N 3], toujours avec plusieurs personnages en train de boire et manger tandis que d'autres jouent de la musique, le tout dans une atmosphère ténébreuse entre-coupée de zones de lumière vive.

Il se rend d'abord à Naples, une terre espagnole, où la famille Colonna l'héberge, dans la région du mont Albain. Il continue de peindre des tableaux qui lui rapportent de belles sommes d'argent, dont le retable Les Sept Œuvres de miséricorde, pour l'église de la congrégation du Pio Monte della Misericordia à Naples, et La Flagellation du Christ, qui aura un grand succès.

Ces contrastes de lumière et d'ombre omniprésents dans l’œuvre du Caravage seront souvent critiqués pour leur caractère extrême considéré comme abusif. Stendhal les décrit en ces termes :

— Stendhal, Écoles italiennes de peinture, Le Divan (1923).

Michelangelo Merisi da Caravaggio, (29 September 1571-18 July 1610) was an Italian artist active in Rome, Naples, Malta and Sicily between 1593 and 1610. His intensely emotional realism and dramatic use of lighting had a formative influence on the Baroque school of painting. Trained in Milan under a master who had himself trained under Titian, Cara...
Caravaggio is another one of the artists who are widely known by only a single name. In this case, it isn’t even his first, or last name. Michelangelo Merisi was called Caravaggio after his hometown in Lombardy. Artists from the Lombardy area were widely known for their realistic style of painting and also for the beautiful still life paintings the...
Michelangelo Merisi, nach dem Herkunftsort seiner Eltern kurz Caravaggio genannt (* 29. September 1571 in Mailand † 18. Juli 1610 in Porto Ercole am Monte Argentario), war ein italienischer Maler des Frühbarocks, der sich durch seine neuartige und realistische Bildgestaltung auszeichnete. Vornehmlich in der Behandlung christlicher Themen ging er d...
Michelangelo Merisi, noto come Michelangelo Merisi da Caravaggio o più comunemente come il Caravaggio, (Milano, 29 settembre 1571 – Porto Ercole, 18 luglio 1610), è stato un pittore italiano. Formatosi tra Milano e Venezia ed attivo a Roma, Napoli, Malta e in Sicilia fra il 1593 e il 1610, è uno dei più celebri pittori italiani di tutti i tempi, da...
Michelangelo Merisi da Caravaggio (Milán, 29 de septiembre de 1571 – Porto Ércole, 18 de julio de 1610) fue un pintor italiano activo en Roma, Nápoles, Malta y Sicilia entre los años de 1593 y 1610. Es considerado como el primer gran exponente de la pintura del Barroco. Salvo en sus principios, Caravaggio produjo mayoritariamente pinturas religiosa...
Микеланджело Меризи да Караваджо, (29 сентября 1571-18 июля 1610) был итальянский художник активных в Риме, Неаполе, на Мальте и Сицилии между 1593 и 1610. Его сильно эмоциональный реализм и драматические использование освещения было формирующее влияние на барокко школы живописи. Обученные в Милане под мастера, который сам тренировался у Тициана, К...
米开朗基罗梅里西DA卡拉瓦乔(1571至1518年9月29日年7月1610年)是意大利艺术家活跃在罗马,那不勒斯,马耳他和西西里岛之间的1593和1610。他强烈的情感现实主义和戏剧性的照明使用了一个形成的影响,巴洛克时期的绘画学校。 曾亲自下提香的培训大师在米兰的训练下,卡拉瓦乔移居到罗马,在20岁出头。晚16和17世纪初的几十年里被建在罗马巨大的新教堂和宫殿,以及绘画来填补他们。反宗教改革的教会搜索正宗的宗教艺术与反新教的威胁,和矫饰,它统治了将近一个世纪的艺术的人工公约,这个任务似乎不再足够。卡拉瓦乔的新颖性,是一个激进的自然结合密切的身体观察一个戏剧性的,甚至戏剧,使用Tenebrism,从光转移到深一点的中间值。与他第一次公开的佣金,圣马太殉难圣马修和调用的成功,他突然在1600年...
Michelangelo Merisi da Caravaggio, (29 de Setembro de 1571-18 julho 1610) foi um artista italiano activo em Roma, Nápoles, Malta e Sicília entre 1593 e 1610. Seu realismo intensamente emocional e uso dramático da iluminação teve uma influência formativa na escola barroca de pintura. Treinados em Milão sob um mestre que tinha-se treinado sob Ticiano...
Giovanni Antonio Canale (Veneza, República de Veneza, 28 de outubro de 1697 - 19 abril de 1768), mais conhecido como Canaletto, foi um artista veneziano famoso por suas paisagens, ou Vedute de Veneza. Ele era um filho do pintor Bernardo Canale, daí seu apelido Canaletto. Seu sobrinho Bernardo Bellotto também era um pintor de paisagens, às vezes ele...
ミケランジェロMerisiダカラヴァッジオ、(9月29日1571から1518 1610年7月)は、1593および1610の間にローマ、ナポリ、マルタとシチリア島に積極的にイタリアの芸術家だった。彼の激しく感情的なリアリズムと照明の劇的な使用は、絵画のバロック様式の学校に発育への影響を持っていた。 ティツィアーノの下に自分自身を訓練していたマスターの下にミラノで訓練を受けた、カラヴァッジオは彼の20代前半でローマに移動。巨大な新しい教会や宮殿は16世紀と初期の17世紀の数十年にローマに建設されていた、と絵画はそれを埋めるために必要とされていた。反宗教改革の教会はプロテスタントの脅威に対抗するために使用する本物の宗教美術が検索され、この作業にほぼ一世紀のための芸術を支配していたマニエリスム、の人...
-- -- -- -- -- -