+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888
English
Français
Deutsch
Italiano
Español
Русский
中国
Português
日本

Portfolio Frans Hals Toute les oeuvres. (306: Huile, Huile Sur Cuivre, Huile Sur Panneau, Huile Sur Toile)

 

  • Frans Hals - Le Jolly Buveur
  • Frans Hals - Peeckelhaering
  • Frans Hals - Jasper Schade
  • Frans Hals - L enfant qui rit
  • Frans Hals - Banquet des Officiers de la Garde Civique St George
  • Frans Hals - Portrait de Isaak Abrahamsz. Massa
  • Frans Hals - Portrait d une femme, peut-être Sara Wolphaerts van Diemen
  • Frans Hals - Portrait d un homme, peut-être Nicolaes Hasselaer
  • Frans Hals - Chanter Garçon avec un Flute
  • Frans Hals - Le Joyeux Buveur
  • Frans Hals - Nicolaes Hasselaer
  • Frans Hals - Anna van der Aar
  • Frans Hals - Regentesses de hospice des vieillards (détail)
  • Frans Hals - portrait
  • Frans Hals - Pieter van den Broecke
  • Frans Hals - portrait d'un femme
  • Frans Hals - frans_hals_035
  • Frans Hals - Jeune garçon tenant une flûte (audience)
  • Frans Hals - Garçon avec un crâne
  • Frans Hals - Isaac Abrahamsz Massa
  • Frans Hals - Le Fumeur
  • Frans Hals - Jean de la Chambre
  • Frans Hals - Fille chantant
  • Frans Hals - Oficial Sentado
  • Frans Hals - garçon jouant un violon
  • Frans Hals - le garçon qui porte brosse - bois
  • Frans Hals - Vincent Laurensz van der Vinne
  • Frans Hals - Deux garçons riant Sun
  • Frans Hals - portrait d'un femme
 
Toutes les 306 Oeuvres de Frans Hals





Frans Hals (Anvers ?, entre 1580 et 1583 – Haarlem, 26 août 1666) est un peintre baroque néerlandais (Provinces-Unies), considéré, avec Rembrandt et Johannes Vermeer, comme l'un des plus importants du siècle d’or.

Bien que sans doute d'origine flamande, c'est dans la ville hollandaise de Haarlem qu'à partir de 1591 au plus tard, il passe le reste de sa vie et fait carrière.

« C'est un enfant de famille magnifiquement doué et qui fait de la peinture pour vivre, cavalièrement, en gentilhomme, pressé de faire vite et d'en finir: le reste du temps en bon vivant, compagnon de la loge Liefde boven al (L'amour par dessus tout), avec des turbulences de conduite et d'humeur qui expliquent celles de sa brosse et lui donnent parfois affaire avec la police. » Ces lignes écrites en 1921 par Louis Gillet, décrivent bien l'image que l'on pouvait se faire alors de Frans Hals. Elles disent aussi la sympathie, un peu condescendante, à l'égard d'un homme dont les frasques présumées font sourire autant que la gaité si souvent exprimée sur les visages de ses modèles.

Artiste majeur, considéré comme l'un des grands maîtres du portrait, il a également réalisé, surtout au début de sa carrière, plusieurs scènes de genre.

Ses tableaux se distinguent par leur expressivité. Les coups de pinceau détachés sont caractéristiques de sa manière, et il participa à l’introduction de cette vivacité de style dans l’art néerlandais. Hals contribua aussi, avec ses portraits de garde civile et de régents, à l’évolution du portrait de groupe au XVIIe siècle.

Son style devait par ailleurs exercer une influence considérable, plus de deux siècles après lui, sur les représentants des courants réaliste – comme Gustave Courbet –, et impressionniste – comme Van Gogh, Monet et Manet.

Frans Franchoisz. Hals est né entre 1580 et 1583, à Anvers vraisemblablement. Il était le fils d'un marchand de draps catholique, Franchois Fransz. Hals van Mechelen (i.e. « de Malines » – v. 1542-1610) et de la seconde épouse de celui-ci, Adriaentje Van Geertenryck (Anvers, v. 1552 - Haarlem, après nov. 1616). Comme beaucoup, sa famille prend la fuite après la chute d’Anvers et le triomphe de l’armée espagnole. Elle trouve refuge à Haarlem, ville où le futur peintre passera le restant de sa vie. Le premier document d'archive attestant la présence de la famille à Haarlem est en fait daté du 19 mars 1591 : il s'agit de l'acte de naissance, dans une église protestante, de Dirck Hals, le frère cadet de Frans.

C'est vers le début des années 1600 que Frans Hals aurait effectué son apprentissage, chez un autre émigré flamand, Carel Van Mander (1548-1606), un peintre maniériste dont l’influence sur les œuvres de son élève ne sera toutefois guère visible, les premiers tableaux de Hals montrant davantage de parenté avec celles des peintres caravagesques d'Utrecht ou du Flamand Jacob Jordaens.

En 1610, Hals devient membre de la guilde de Saint-Luc locale. Vers cette époque, il épouse sa première femme, Anneke Harmensdr., qui lui donnera en 1611 un premier fils, baptisé Harmen.

Pendant longtemps, on a considéré que l’œuvre datée la plus ancienne de l'artiste était un Portrait de Jacobus Zaffius, peint en 1611. L'attribution de ce tableau à Hals, cependant, est aujourd'hui remise en question, son style différant de beaucoup de celui si caractéristique du maître (cfr. chap. « Authenticité »). L’unique témoin certain de son œuvre durant la première décennie de sa carrière de peintre indépendant date en fait de 1614 ; il s'agit d'une gravure de Jan Van de Velde réalisée d’après un portrait perdu du pasteur Johannes Bogardus (ou Bogaert).

C'est en 1616 que Hals obtient son premier grand succès, avec un portrait de groupe grandeur nature, le Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges. Cette œuvre datée, bien qu'elle figure parmi les tableaux les plus anciens que l'on connaisse de l'artiste, témoigne pourtant d'une maîtrise saisissante, dont on peut déduire qu'un bon nombre d'autres œuvres moins abouties ont dû la précéder. En 1612, Frans Hals était lui-même devenu membre de la milice de Saint-Georges. Son nom, suivi de sa qualité (« Frans Hals schilder » – i.e. « Frans Hals peintre ») apparaît en effet dans le Register van de loffelijcke Schutterij der stadt Haerlem (le « Registre de la respectable milice de la ville de Haarlem ») ; au sein de cette milice, il appartenait à la compagnie du capitaine Jacob Laurensz, et son arme, selon la lettre placée devant son nom dans le registre, était le mousquet. On a conservé de Frans Hals en tout trois portraits de groupe de cette milice (réalisés en 1616, vers 1627, et de 1636 à 1639). On s'est plu à imaginer que le peintre s'était lui-même représenté dans le portrait des officiers et sous-officiers terminé en 1639, mais ceci n’a jamais pu être démontré. Habituellement, les simples membres ne figuraient pas sur le portrait de groupe, ce privilège étant réservé seulement aux officiers. Il est possible cependant qu’il ait bénéficié d’une faveur pour avoir peint la compagnie à trois reprises.

En 1616, la même année au cours de laquelle il réalise le premier portrait de groupe de la milice de Saint-Georges, Hals est poursuivi pour ne pas avoir payé des peintures. Le fait est renseigné dans un document d'archive judiciaire, sur lequel il est également fait mention que le peintre se trouve entre les mois d'août et de novembre à Anvers, ce qui constitue le seul témoignage connu d'un séjour de Hals hors des frontières des Provinces-Unies.

Des historiens ont pu rapporter que le peintre battait Anneke, sa première femme, en se basant sur un document d’archive daté du 20 février 1616, dans lequel est indiqué qu'un dénommé Frans Hals est amené à comparaître devant les magistrats pour maltraitance envers sa conjointe. Il s’agit cependant d’une erreur car, comme l’a fait remarquer Seymour Slive, le Frans Hals en question n’est pas l’artiste, mais un autre habitant de Haarlem du même nom. De fait, au moment du délit, Frans Hals n’aurait pu se livrer à des violences sur Anneke, étant donné que celle-ci, après avoir donné naissance à un second fils dont on ignore le nom, était morte en couches plusieurs mois plus tôt, en juin 1615. De la même manière, on a attribué à Hals un penchant pour la boisson en s’appuyant en grande partie sur des anecdotes amplifiées par Arnold Houbraken, sans qu’il n’existe aucun document fiable permettant de le prouver.

Le 12 février 1617, Frans Hals épouse en seconde noce Lysbeth Reyniers, la fille cadette d’un poissonnier qu’il avait engagée pour veiller sur ses deux enfants. Le mariage a lieu à Spaarndam, un petit village situé hors les bans de Haarlem, car la jeune femme est alors déjà enceinte de huit mois. L'enfant naîtra quelques jours plus tard, une fillette qui sera prénommée Sara. Frans Hals est un père dévoué et le couple aura huit enfants au moins. Après Sara, Frans « junior » naît en 1618, et Jan en 1622.

Entre-temps, en 1618-1619, le peintre figure, en même temps que son frère Dirck, parmi les membres de la chambre de rhétorique de Haarlem De Wijngaertranken (« Les Sarments de vigne »), dont fera également partie quelques années plus tard l'un de ceux qui passent pour avoir effectué leur apprentissage auprès de Frans Hals : Adriaen Brouwer. La devise de cette société littéraire était « Lieft boven al » (« L'amour par-dessus tout »).

Vers 1627, il réalise un second Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges, ainsi que le portrait de groupe d'une autre milice civile : le Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Adrien.

En 1629, il travaille en tant que restaurateur d'œuvres d'art sur une vaste collection de peintures, que Van Mander décrit dans son livre Het Schilder-Boeck (« Le Livre des peintres »), publié en 1604. Parmi ces tableaux, appartenant au siège de la confrérie de Saint-Jean de Haarlem, figurent notamment des œuvres de Geertgen tot Sint Jans, Jan Van Scorel et Jan Mostaert. On pense que Frans Hals aurait alors été chargé plus particulièrement de restaurer le retable de Geertgen tot Sint Jans provenant de la Janskerk (« église [Saint-]Jean »), retable dont certains panneaux, notamment celui représentant La Déploration du Christ, sont aujourd'hui conservés au Kunsthistorisches Museum de Vienne. Ce travail était rémunéré par la ville de Haarlem, étant donné que toutes les œuvres d’art religieux avaient été confisquées durant l’iconoclasme ; officiellement, cependant, le Conseil ne posséda pas la totalité de la collection avant 1625, quand les édiles décidèrent quelles peintures convenaient pour décorer les salles de la ville. Les œuvres écartées, car considérées comme « trop catholiques », avaient été vendues à Cornelis Claesz. Van Wieringen, membre de la guilde de Saint-Luc, à charge pour lui de faire en sorte qu’on ne les trouve plus à Haarlem.

Malgré des commandes régulières, Hals sera pourtant, quasiment tout au long de sa vie, confronté à des difficultés matérielles. Ainsi, en 1630, incapable de payer ses dettes auprès d'un cordonnier, il est poursuivi en justice et, l'année suivante, c'est un boucher qui, pour les mêmes raisons, le conduit devant les tribunaux.

Tandis que certains de ses contemporains, comme Rembrandt, déménageaient au gré des caprices de leurs mécènes, Hals se montre réticent à l'idée de travailler ailleurs que dans sa ville. D’après les archives de Haarlem, en dépit d'une rémunération très élevée, il laisse inachevé le portait d’un groupe de soldats commencé à Amsterdam en 1633 – la compagnie du capitaine Reael –, parce qu'il refuse de continuer à peindre à cet endroit, réclamant des soldats qu’ils se rendent chez lui pour poser. En 1635, nouveau revers : il se trouve dans l'incapacité de s'acquitter de la cotisation annuelle auprès de la guilde de Saint-Luc. À cette époque, il dirige un atelier dans la Grote Heiligland, près de l’hospice des vieillards, dont il sera amené à la fin de sa carrière, en 1664, à peindre les régents et régentes (l'hospice, l’Oudemannenhuis, deviendra bien des années plus tard le musée Frans Hals).

Il obtient en 1641 la commande d’un portrait de groupe des régents de l’hôpital Sainte-Élisabeth, mais les années qui suivent voient ses difficultés financières s’accentuer. Hals est alors considéré comme un peintre quelque peu démodé. En 1644, l’année même où il est promu à une plus haute fonction au sein de la guilde des peintres, il est condamné à une amende pour insolvabilité. Dix ans plus tard, pour s’acquitter de dettes contractées auprès d’un boulanger du nom de Jan Ykessz, il est contraint de vendre une partie de ses biens. L’inventaire qui est alors dressé ne fait mention que de trois matelas et traversins, une armoire, une table et cinq peintures (de lui, de ses fils, de Van Mander et de Maarten Van Heemskerck). En 1661, la guilde des peintres le dispense du paiement de la cotisation annuelle. Resté sans ressources, la municipalité finit par lui octroyer, en 1664, en plus de trois chars de tourbe, une annuité de deux cents florins, venant s’ajouter à une pension de cent cinquante florins allouée deux ans plus tôt.

À côté de la peinture, il continua tout au long de sa vie à travailler comme restaurateur d’œuvres d’art, comme marchand de tableaux, et comme expert dans le domaine des impôts sur l’art auprès des conseillers municipaux.

Frans Hals meurt en 1666 à Haarlem. Il est enterré dans le chœur de l’église Saint-Bavon (Sint-Bavokerk). Sa veuve meurt plus tard dans un hôpital, oubliée de tous, après avoir eu recours à la charité publique.

Succès et louanges accompagnent la carrière de Frans Hals, jusqu'à une certaine époque tout au moins. Les conflits civiques, alors très aigus aux Pays-Bas, ont peut-être concouru à cette situation. L'insoupçonnable Scheits déclare sans ambages que les difficultés financières qui pèsent sur la maturité et la vieillesse de l'artiste, ont pour cause la baisse de qualité de sa production qui, c'est évident, ne peut plus se mesurer avec les modes nouvelles imposées par les portraitistes et leurs clients, ce qui n'empêche pas Hals d'avoir des commandes de portraits jusqu'à la fin de sa longue activité. Mais il est indéniable qu'au XVIIe siècle, plusieurs importants historiens de l'art hollandais le négligèrent : Samuel Van Hoogstraten ne le cite pas dans l'Inleyding tot de Hooge Scoole der Schilderkonst (Middelburg 1641 ; Rotterdam 1678), ni Gérard de Lairesse dans Het Groot Schilderboeck (Amsterdam 1707), de même J. von Sandrart, pourtant si anticonformiste et si bien informé sur l'art nordique, ne juge pas opportun de lui consacrer une biographie en 1675, quand il réunit les vies des principaux maîtres de son temps.

À quelques rares exceptions près, le personnage apparaît, debout ou assis, sur un fond uni et relativement sombre, avec éventuellement sur celui-ci son ombre. Parfois, il tient un accessoire, tels un crâne, un livre, une canne, une épée, une branche, un éventail, une fleur – souvent symbolisant ou venant souligner un trait de caractère du sujet –, ou un élément vestimentaire, comme une paire de gants ou un chapeau.

La plupart du temps, il est cadré à mi-corps, plus rarement aux trois-quarts, et exceptionnellement en pied (un seul exemple est connu : le portrait de Willem Van Heythuysen).

Quelquefois figurent sur le portrait les armoiries du personnage – dans certains cas rajoutées a posteriori par une autre main que celle du peintre – et/ou l'indication de son âge au moment du portrait, précédée de l'inscription en latin ætat. suæ (abréviation de ætatis suæ : « à l'âge de »).

Hals a peint les portraits individuels de personnages issus en majorité des classes aisées et appartenant à différentes catégories :

Hals a exécuté plusieurs portraits de groupe. Il s’agit de portraits réalisés sur commande, d’individus appartenant aux couches moyennes ou supérieures de la société de l’époque.

Le musée Frans Hals conserve par ailleurs trois portraits de régents :

[Biography - Frans Hals - 15Ko]
Frans Hals (c. 1580 - 26 August 1666) was a Dutch Golden Age painter especially famous for portraiture. He is notable for his loose painterly brushwork, and helped introduce this lively style of painting into Dutch art. Hals was also instrumental in the evolution of 17th century group portraiture. Biography Hals was born in 1580 or 1581, in Antwerp...
[Biography - Frans Hals - 15Ko]
Frans Hals (* zwischen 1580 und 1585 in Antwerpen † 10. August 1666 in Haarlem) war ein holländischer Maler. Er wird zu den bedeutendsten Porträtmalern gezählt. Frans Hals war Sohn des Antwerpener Tuchhändlers Franchoys Hals aus Mecheln und dessen Frau Adriaentgen van Geertenryck sein jüngerer Bruder, der Maler Dirck Hals, wurde am 19. März 1591 ...
[Biography - Frans Hals - 5Ko]
Frans Hals (Anversa, 1580 – Haarlem, 1666) è stato un pittore olandese. Quasi contemporaneo a Rembrandt operò in Olanda durante il suo cosiddetto periodo d'oro della pittura. Da molti considerato secondo solo a Rembrandt stesso in fatto di innovazioni stilistiche, formali e compositive, Frans Hals fu uno dei pittori più prolifici del periodo olande...
[Biography - Frans Hals - 5Ko]
Франса Хальса (ок. 1580 - 26 августа 1666) был голландский художник Золотой Возраст особенно славится портретной живописи. Он примечателен своей свободной живописной манера письма, и помог ввести эту живой стиль живописи на голландский язык искусства. Галс также сыграл важную роль в эволюции 17-го портрета группы века. Биография Галс родился в 1580...
[Biography - Frans Hals - 1Ko]
弗兰斯哈尔斯(C. 1580年的 - 1666年8月26日)是荷兰黄金时代画家,尤其是著名的肖像画。值得注意的是,他是为他的宽松的绘画笔法,并帮助引进荷兰艺术这个活泼的绘画风格。哈尔斯在17世纪组肖像的演变也。 传记 哈尔斯出生于1580或1581,在安特卫普。许多人一样,在安特卫普的秋季,来自荷兰,西班牙(1584年至1585年),哈莱姆,在那里他住他的生活剩下哈尔斯“家庭逃离。哈尔斯研究根据另一个弗拉芒流亡,卡雷尔面包车曼德(1548年至1606年),其风格主义的影响,然而,在他的工作没有明显可见。在27岁时,他成为了一个城市的画家的公司,圣路加哈勒姆协会的成员,他开始以赚取金钱作为市议会艺术恢复。他曾卡雷尔面包车曼德在他的书中描述的画书(中东荷兰:HET Schilder Boeck)...
[Biography - Frans Hals - 6Ko]
Frans Hals (c. 1580 - 26 Agosto 1666) foi um pintor holandês Idade de Ouro especialmente famoso por retratos. Ele é notável por suas pinceladas soltas de pintura, e ajudou a introduzir este estilo de pintura animada em arte holandesa. Hals foi também instrumental na evolução do retrato do século 17 do grupo. Biografia Hals nasceu em 1580 ou 1581, e...
[Biography - Frans Hals - 1Ko]
Frans Hals (Antuérpia, 1580 ou 1585 — Haarlem, 10 de agosto de 1666) foi um pintor naturalista belga. Ficou famoso por retratar a sociedade burguesa dos Países Baixos segundo uma estética naturalista. Em 1585, depois que Antuérpia caiu diante dos espanhóis na guerra dos oito anos,sua família se mudou para Haarlem, nos Países Baixos, onde viveu o re...
[Biography - Frans Hals - 2Ko]
フランスハルス(紀元前1580年から1526年August 1666)肖像画のために特に有名なオランダの黄金時代の画家。彼はルーズ絵画画法が特徴であり、そしてオランダの芸術への絵画のこの生き生きとした文体を紹介助けた。ハルスはまた、17世紀のグループの肖像画の進化に尽力した。 バイオグラフィー ハルスは、アントワープで、1580年または1581年に生まれました。多くのと同様に、ハルスの家族は、彼が彼の人生の残りのために住んでいたハーレム、スペイン語、オランダからアントワープの秋(1584年〜1585年)の間に逃げた。ハルスは、そのマニエリスムの影響、しかし、彼の作品に顕著に表示されていない別のフラマン語 - 亡命貴族、カレルヴァンマンデル(1548〜1606)、に師事。 27歳の時、彼は街の...
[Biography - Frans Hals - 1Ko]
-- -- -- -- -- -