+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888
English
Français
Deutsch
Italiano
Español
Русский
中国
Português
日本

"Portrait de Febo da Brescia", huile de Lorenzo Lotto (1480-1557, Italy)

Anniversaire de Winslow Homer, 30% remise! Valide:24/02/2017

Livraison gratuite. retours gratuits Tout le temps. Voir les détails.

Impression Sur Toile Lorenzo Lotto , Impression Sur Toile Lorenzo Lotto
'Portrait de Febo da Brescia', huile de Lorenzo Lotto (1480-1557, Italy)
Reproduction Lorenzo Lotto , Reproduction Lorenzo Lotto



 
Impression sur toile   Reproduction
Achat d'une reproduction sur toile de Lorenzo Lotto Vous souhaitez acquérir une impression sur toile de cette œuvre de Lorenzo Lotto ? WahooArt.com réalise pour vous une impression sur toile 100% cotton 400gsm avec les machines les plus modernes à la dimension que vous souhaitez sur toile 100% coton.
N’hésitez plus commandez maintenant votre œuvre !


  Achat d'une copie de Lorenzo Lotto peinte à la main Pour juste un peu plus cher qu'une impression vous pouvez avoir une copie de cette oeuvre de Lorenzo Lotto peinte à la main
Cliquez ici pour acheter une reproduction à l'huile peinte à la main de cette oeuvre de Lorenzo Lotto peinte à la main

Lorenzo Lotto (Venise, 1480 – Lorette, 1556) est un peintre italien qui a été actif entre la Vénétie, Bergame et les Marches.

Il passa son enfance et son adolescence à Venise où il fut formé. Élève de Giovanni Bellini selon Vasari, pour qui Lotto, « ayant imité un temps la manière de Bellini, s'attacha ensuite à celle de Giorgione », il est plus souvent présenté comme l’élève d’Alvise Vivarini, en considération de la sévère monumentalité de ses premières œuvres.

Entre 1503 et 1504, il est documenté pour la première fois comme peintre à Trévise, où il exécute, en 1505, le Portrait de l’évêque Bernardo de’ Rossi, protagoniste de la vie culturelle trévisane. L’œuvre austère, exposée au Musée napolitain de Capodimonte, par sa plasticité et son sens aigu de la psychologie, trahie des influences antonellienne et nordique, tout en montrant une personnalité stylistique déjà formée. L’Allégorie du Vice et de la Vertu, aujourd’hui à la National Gallery de Washington, décore le couvercle qui jadis protégeait le portrait.

Lotto y réalise une image cryptée à travers l’élaboration originale de motifs allégoriques comme dans l’Allégorie de la Chasteté de 1505, autre couvercle d’un portrait non identifié, présentant en son centre une figure féminine rêveuse, sur laquelle un angelot ou un génie ailé déverse des pétales de fleurs ; à gauche, un satyre se penche derrière un tronc pendant qu’à droite, un autre s’adonne à des libations ; chez la femme, la voluptas, l'inclination au plaisir, est atténuée par la quies, un état en suspens de vision purificatrice loin de l'abandon inconscient au rêve.

Lui succéda le grand retable de l’église Santa Cristina al Tiveron, hameau de Quinto di Treviso, extraordinaire Sacra Conversazione de 1505, qui, prenant pour modèle le retable bellinienne de San Zaccaria, adopte une composition plus fermée. Soulignée par l’entrecroisement des regards et des attitudes des personnages sacrés, elle est immergée dans une lumière froide et changeante, très éloignée de la production vénitienne d’alors ; Lotto, dans cette œuvre et dans les suivantes, se tourne vers l’art de Dürer et des pays nordiques, dont il adopte le réalisme des détails, le pathétique de la représentation et cette vision d’une nature mystérieuse et inquiétante.

Avec l’Assomption du Duomo di Asolo et le Portrait du jeune homme à la lampe, du Kunsthistorisches Museum de Vienne, tous deux datés de 1506, se conclut l’expérience trévisane. L’homme représenté s’appelle Broccardo Malchiostro, jeune ecclésiastique, secrétaire de l’évêque Bernardo de Rossi. Son identité est suggérée par les fleurs d’artichaut brodées sur la toile de brocart, que l’on retrouve sur ses armoiries, et par le jeu de mots BROCCATO - CARDO - BROCCARDO. La lampe que l’on aperçoit en haut à droite, sur un fond obscur, derrière le rideau, renvoie à la conjuration ratée organisée en 1503 contre lui et l’évêque de Rossi.

Fort d’une notoriété acquise en peu de temps, le peintre est invité en 1506 dans les Marches par les dominicains de Recanati, avec lesquels il entretiendra sa vie durant de bons rapports. En 1508, il termine le grand polyptyque de l’église Saint-Dominique, désormais conservé à la pinacothèque communale. Dans une architecture traditionnelle, s’y déploient des figures monumentales et mobiles, immergées dans une pénombre parcourue de forts contrastes lumineux. L’œuvre conclue le cycle de l’activité juvénile de Lotto, désormais peintre mature et conscient de ses propres moyens. Après un bref retour à Trévise, en 1509, il est appelé à Rome par le pape Jules II pour participer à la décoration de ses appartements au Vatican.

Le Saint Jérôme pénitent, est un thème récurrent chez Lotto qui en 1506, puis, sans doute en 1509, en réalise deux versions. Dans celle du château Saint-Ange, influencée par l’univers culturel romain, la palette s’éclaircit, immergeant le saint dans un paysage moins nordique, plus solaire, mais que le caractère anthropomorphe des éléments naturels (tronc noueux près du lion, racines en forme de main griffue, arbre accroché à l’éperon rocheux, derrière le saint) rend inquiétant.

On dit que l’impact de la cour pontificale et de la grande officine romaine, où travaillaient les Lombards Bramante, Bramantino et Cesare da Sesto, les Siennois Sodoma et Domenico Beccafumi, Michelange et surtout Raphaël, aux côtés duquel il dut travailler, bouleversa le talentueux mais renfermé Lorenzo : il quitta Rome en 1510 pour ne plus y revenir, débutant l'inquiet vagabondage qui le mènera à une situation de marginalisation, tant souhaitée que subie.

Son retour dans les Marches est documenté par un contrat signé le 18 octobre 1511 avec la Confraternita del Buon Gesù de Jesi, pour une Déposition destinée à l’église de San Floriano et désormais exposée à la pinacothèque locale. Il y eut aussi ce passage à Recanati, où il peint la Transfiguration de l’église Santa Maria di Castelnuovo, aujourd’hui exposée à la pinacothèque. Le tableau est structuré selon un modèle raphaélique, contre lequel pourtant le peintre réagit, avec de soudains accès expressionnistes, une composition complexe, et des figures aux attitudes tourmentées. Le classicisme romain triomphant a certainement troublé les certitudes vénitienne et nordique de Lorenzo, sans jamais le convaincre de son efficacité.

Les chefs-d’œuvres de Bergame

Avec le déménagement à Bergame, réalité culturelle en marge du débat intellectuel des centres majeurs, les inquiétudes couvées à Rome et exprimées dans les peintures des Marches s’apaisent. Lotto est désormais libre de s’exprimer dans ce que l’on peut appeler un art provincial, choix qui s’avéra perdant face au grand mouvement romain. L'artiste, stimulé aussi par les commandes locales, tenta une synthèse entre l’art « nouveau » vénitien et la tradition lombarde, venant en contact avec l’œuvre de Gaudenzio Ferrari et peut-être aussi du Corrège. Certainement, il approfondit sa connaissance de l’art nordique, en particulier celui d’ Hans Holbein, par l’étude des gravures.

Sans doute à cause du siège impérial de Bergame, il termina le grand retable Martinengo, commandé en 1513 pour l’église Saint-Étienne et Saint-Dominique seulement trois ans plus tard ; le retable, privé de cadre, cimaise et prédelle, est conservé dans l’église San Bartolomeo. Lotto, de façon inhabituelle, y dispose les figures devant la perspective de la nef, et non sur le fond de l’abside, à la limite entre ombre et lumière. Au cœur de cette structure architectonique classique, ornée de drapés et ouverte sur la coupole, pleut une lumière céleste. Deux anges tiennent symboles et cartels sur lesquels sont inscrits ces mots : DIVINA IUSTITIA SUAVE IOGUM.

Il devient le protagoniste de la culture picturale bergamasque peignant intensément : Suzanne et les vieillards, aujourd’hui aux Offices, date de 1517 et l’Adieu du Christ à sa Mère de Berlin, de 1521. Dans cette œuvre, il ouvre encore largement l’architecture sur un jardin lumineux. Les figures monumentales y rappellent, par leur pathétique expressif et populaire, les statues de Gaudenzio Ferrari au Mont Sacré de Varallo.

Il se libéra, en revanche, de l’apparat architectonique dans le Retable de Saint Bernardin, de 1521, disposant la scène en pleine campagne. La Madone et l’Enfant, à l’ombre d’un rideau tendu par quatre anges, peints en fort raccourci, sont entourés des saints Joseph, Bernardin, Jean-Baptiste et Antoine.

Le regard pénétrant que l’ange aux pieds du trône adresse au spectateur veut établir un lien, l’impliquant dans une conversation à laquelle tous peuvent et doivent participer.

La Pala di Santo Spirito, du nom de l’église bergamasque où elle est exposée, est contemporaine et de composition analogue, même si la représentation en est moins populaire ; dans le saint Jean-Baptiste enfant on peut voir une référence à Léonard tandis que les anges couronnant la Madone s’inspirent du Corrège.

En 1524, Lotto reçoit du comte Giovan Battista Suardi, membre d’une famille aux sympathies protestantes, la tâche de décorer l’oratoire privé annexé à leur villa de Trescore Balneario.

La décoration, exécutée au cours de l’été 1524, comprenait le plafond, peint à fresque avec une pergola en trompe-l’œil où s’ébattent des putti, le mur principal avec l’Histoire de sainte Catherine et sainte Madeleine et les deux murs latéraux avec, d’un côté, l’Histoire de sainte Brigide et de l’autre, l’Histoire de sainte Barbe ; le programme iconographique célèbre la victoire du Christ sur le Mal, annoncée par les prophètes et les sybilles, et confirmée par la vie des saints.

La représentation de l’Histoire de sainte Brigide est interrompue par deux fenêtres sur les murs de l’oratoire ; Lotto est alors contraint de réaliser trois scènes distinctes, chacune contenant divers épisodes de la vie de la sainte, reliés par un faux mur sur lequel figurent des tondi où prophètes et sibylles se font faces. Dans La prise d’habit de sainte Brigide, où l’on voit la famille du commanditaire, la scène principale se déroule devant une abside ; une nature morte d’objets sacrés est peinte sur l’autel, peut-être en souvenir de la Messe de Bolsene de Raphaël. Les ruines à droite de l’église ouvrent la perspective sur une veduta dans laquelle s’inscrit L'offrande de sainte Brigide.

Derrière la grande figure du Christ - vie, sont racontées les Histoires de sainte Barbe. Le Christ y tend ses doigts prolongés en sarments que des hérétiques, grimpés sur des échelles et munis de serpettes, tentent de couper. Enfermés dans des médaillons, des saints tentent de les repousser ; au second plan, sur fond d’édifices et de perspectives paysagères sont disposées des figures plus petites, s’illustrant dans une série de brillants épisodes, conclut par une scène de marché ; Lotto créa ici une histoire sans héros, anecdotique, et comme telle, proche des représentations du nord de l’Europe. Cette démarche antirhétorique et donc anticlassique, est accusée par les accords inhabituels de teintes (le jaune avec le violet, le rose avec le vert, le blanc avec le brun).

L’hostilité vénitienne

En 1525, Lotto retourne à Venise, mais conserve des commandes à Bergame et dans les Marches. Dans l’Annonciation peinte pour l’église Santa Maria dei Mercanti à Recanati, aujourd’hui au musée Villa Coloredo Mels, Lotto renverse l’interprétation du thème proposée par Le Titien dans l’Annonciation de Trévise

Le Saint Nicolas en Gloire, de 1529, premier retable peint à Venise, pour l’église du Carmine, est considéré par Ludovico Dolce, le biographe de Titien, comme étant de médiocre coloris. Lui échappait alors la nouveauté du paysage, un nocturne très moderne, vu en contre-plongée.

De Bergame lui vint la commande de dessins pour la décoration a intarsio des stalles du chœur de l’église Sainte Marie Majeure, marqueteries exécutées par Giovan Battista Capoferri ; Lotto fournit une cinquantaine de cartons pour le transept et les stalles du chœur, où il représente des épisodes de l’histoire biblique avec efficacité et sens de la synthèse. Fortement suggestifs, les panneaux destinés à protéger les marqueteries du chœur témoignent de l’intrication de la religion et de la culture alchimique, procédé typique du Cinquecento. Les « imprese hiéroglyphiques » que Lorenzo dessina sur les conseils des érudits bergamasques du Consortium de la Miséricorde, dévoilent les correspondances latentes entre les différents épisodes bibliques et la vérité ésotérique, tirée du savoir alchimique.

Dans la grandiose Crucifixion de Monte San Giusto, peinte en 1531, il réaffirme sa conception de la représentation populaire du fait religieux, qu’il dramatise jusqu’à anticiper Le Caravagge ; en 1532, il envoie à la confraternité de Santa Lucia de Jesi la Sainte Lucie devant le juge, exemple de colorisme brillant et de composition animée, où une lumière changeante s’attarde sur les détails d’une manche gonflée, d’un chapeau traînant sur le sol, de la baguette impuissante du juge, et sur les diverses expressions des personnages.

Entre 1534 et 1539, Lotto est à nouveau dans les Marches : il y invente, pour les dominicains de Cingoli, une très complexe et joyeuse Madone du Rosaire. Derrière la Vierge, enfermés dans quinze tondi, il représente les Mystères du Rosaire. À ses pieds, il peint trois angelots répandant des pétales de roses.

De retour à Venise, au faîte de la gloire maniériste du Titien, il réalise en 1542 pour l’église de Saint-Jean et Saint-Paul un Saint Antonin faisant l’aumône :

Les dernières années

Le dernier retable peint à Venise est la Madone et les saints de l’église San Giacomo dell’Orio, de 1546, année où il rédigea son testament : « Si, dans ce testament je ne fais pas mention de parents de sang, c’est parce que ces rares personnes sont déjà à l’aise et n’ont pas besoin du peu de bien dont je dispose ; ils m’excuseront donc ».

En 1548, Pierre l'Arétin lui envoie une lettre, teintée de son habituelle ironie, dans laquelle il vante la supériorité du Titien : « (…) être dépassé dans le métier de peindre ne peut se comparer au fait de ne point trouver son égal en matière de dévotion. Ainsi, le ciel vous récompensera d’une gloire qui dépasse la louange de ce monde » .

Des soupçons de luthéranisme pèsent alors sur lui. Après avoir vendu ses quelques biens, il retourne définitivement en 1549 dans les Marches. En 1550, il peint à Ancône, pour l’église de saint François, une Assomption ; pour gagner un peu d’argent, il organise une loterie dont les prix sont ses peintures et dessins invendus. En 1552, il entre à la Santa Casa de Lorette, où il est fait oblat, deux ans plus tard.

La Présentation au Temple, du palais apostolique de Lorette, peinte d’une main tremblante, comme toujours sans aucune rhétorique mais riche d’une pénétrante émotion, est sa dernière toile : en haut à droite, pointe la figure d’un vieillard à longue barbe blanche, dans laquelle on a voulu voir le dernier salut du peintre.

[Biography - Lorenzo Lotto - 20Ko]
Lorenzo Lotto (c. 1480 - 1556) was a Northern Italian painter draughtsman and illustrator, traditionally placed in the Venetian school. He painted mainly altarpieces, religious subjects and portraits. While he was active during the High Renaissance, he already constitutes, through his nervous and eccentric posings and distortions, a transitional st...
[Biography - Lorenzo Lotto - 11Ko]

 

WahooArt.com
Arts & Entertainment > Hobbies & Creative Arts > Artwork
W-BRUE-8EWLDQ----FR-
"Portrait de Febo da Brescia", huile de Lorenzo Lotto (1480-1557, Italy)
/A55A04/w.nsf/O/BRUE-8EWLDQ/$File/LORENZO-LOTTO-PORTRAIT-OF-FEBO-DA-BRESCIA.JPG
Lorenzo Lotto
huile
huile
EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL